Mes convictions

julien-leonardelli-convictions-frontnational

Je ne suis pas né dans une famille où l’on « fait » de la Politique, néanmoins, j’avais dans mon biberon à moi, l’amour de notre Patrie et de notre Peuple, la fierté d’en être issu, mais aussi la conscience d’une histoire de France, admirable et remarquable.

Passionné d’Histoire et de Géographie dès mon plus jeune âge, assoiffé de savoirs et de connaissances, j’ai rapidement exprimé mon admiration pour le génie Français ; celui, de nos chercheurs, de nos philosophes, de nos ingénieurs, de nos écrivains et de nos artistes éternels.

Homme de ma génération, situé dans le temps et l’espace par ma culture, ma langue et ma civilisation, je suis également attaché à la communauté nationale : je sais d’où je viens, qui je suis et où je vais.

J’ai en moi, un immense respect pour nos combattants, nos stratèges militaires et politiques qui avaient réussi le parfait équilibre entre un Etat libre et une Nation forte.

Dépositaire d’un héritage inestimable, c’est avec la plus grande fierté et la plus grande dignité que je me dois d’en être l’un des passeurs, notamment pour ma fille Livia, comme pour les générations futures.

Louis-Napoléon Bonaparte, premier Président de la République, déclarait en son temps : « Soyons les hommes du pays et non les hommes d’un parti ! », c’est tout le sens de mon engagement depuis l’âge de dix sept ans au sein du Front National.

J’ai l’intime conviction que le Front National n’est pas qu’un simple appareil politique. Il est un grand mouvement hors de l’échiquier politique, constitué d’hommes et de femmes, amoureux de leur pays. Je suis de ces gens, dignes et debout, tournés vers l’avenir et qui savent en toutes circonstances, déposer lorsque c’est nécessaire, aux portes de la maison commune, leurs rancœurs et leurs revendications personnelles, pour s’unir et se rassembler autour de l’essentiel : la France.

Quel avenir offrirons-nous à nos enfants et quel devenir offrirons-nous à cette construction millénaire qu’est ce grand, beau et vieux pays que nos dirigeants ne dirigent plus, que nos gouvernants ne gouvernent plus et que nos responsables politiques ont choisi d’abandonner ?

J’ai chevillé au cœur, cette volonté que rien n’arrête : prendre part à l’édifice national et servir la France !

Ce qui m’anime dans mes actions politiques, c’est avant tout ce désir de mobiliser ma génération puisque nos dirigeants ont renoncés à le faire. Marine Le Pen, rappelle souvent « qu’unis, les Français sont invincibles », je n’ai pour ma part jamais eu de croyance plus forte !

Devant l’individualisme ambiant, face au chacun pour soit que l’on tente de nous présenter comme une donnée de notre temps, j’oppose une autre vision, celle qui prend tout son sens dans mon engagement quotidien, bénévole et sincère, en faveur d’un projet collectif.

Clémenceau disait quant à lui : « Il faut savoir ce que l’on veut. Quand on le sait, il faut avoir le courage de le dire. Quand on le dit, il faut ensuite avoir le courage de le faire ». Œuvrer au service de tous c’est témoigner de ce que l’on est au plus profond de nous-même, c’est travailler à l’affirmation de ce que l’on entend être. Je me bats, pour moi, pour nous et pour la France.