Forte augmentation des impôts locaux en Haute-Garonne : l’exemplarité est du côté du Front National !

julien_leonardelli_frontnational

Communiqué de presse de Julien Leonardelli, secrétaire départemental du Front National de la Haute-Garonne,

Dans de très nombreuses villes de la Haute-Garonne, gérées par l’UMP, le PS et leurs partis satellites, les administrés s’apprêtent à subir une hausse considérable de leurs impôts locaux. De son côté, le Front National fait preuve d’exemplarité en étant le seul à garantir réellement, soit une stabilisation, soit une baisse de la pression fiscale dans les municipalités qu’il dirige depuis seulement un an.

A Cugnaux, Monsieur Alain Chaléon, maire UDI-MODEM va accroître les impôts locaux de 30%, ce qui s’apparente à un véritable matraquage. A Toulouse, Monsieur Jean-Luc Moudenc trahit lui aussi ses propres engagements de campagne : la taxe foncière va bondir de 7,65%, la taxe d’habitation elle, passera de 14,34% à 16,49%, asphyxiant directement les classes moyennes et pénalisant l’économie locale. Enfin, de Bagnères de Luchon à Péchabou, Fronton, en passant par Saint-Lys, Bouloc ou encore Fenouillet, partout nous faisons ce même constat.

Afin de justifier des augmentations pourtant pathologiques dans certaines municipalités, les arguments donnés par les responsables politiques de l’UMPS ne tiennent pas la route. Certains dénoncent la baisse, certes colossale du montant de la dotation globale de fonctionnement allouée aux communes par l’Etat. Toutefois, avec le développement de l’intercommunalité et la mutualisation des compétences, les besoins en investissement des communes, et particulièrement celles intégrées dans des grandes aires urbaines, ont diminué. En réalité, avec une hausse de 26% du personnel entre 2000 et 2011 et une augmentation de 3,9% de la masse salariale de la fonction publique territoriale en 2014, les municipalités ont laissé passer les embauches sans jamais mettre en oeuvre une gestion de bon père de famille.

A l’inverse des mairies UMPS qui augmentent sans cesse les impôts locaux, les Maires du Front National ont tous compensé la baisse des dotations de l’Etat par une lutte efficace contre la mauvaise dépense publique. De la suppression des subventions clientélistes à la renégociations des marchés publics, en passant par des réorganisations des services municipaux, le non remplacement de départs à la retraite et la réintégration de services délégués en régie municipale, le bon sens a permis de dégager des marges de manœuvre pour maintenir l’investissement tout en n’augmentant pas la fiscalité locale.

A titre d’exemple, à Hénin Beaumont, deux baisses successives de la taxe d’habitation ont été réalisées : une baisse de 10% pour l’année 2014, et une baisse de 5% pour l’année 2015. La baisse de la fiscalité a aussi été menée plus près de chez nous, à Beaucaire ou Béziers, et a été stabilisée dans d’autres villes comme Fréjus, alors que pour certaines, elles devaient faire face à un endettement record hérité de la gestion municipale précédente.

Tout cela démontre que les maires du Front National, mènent une politique locale radicalement différente de celle appliquée depuis trop longtemps par nos adversaires. Demain, nous proposerons au travers de la candidature de Louis Aliot aux élections régionales des 06 et 13 décembre 2015, une autre voie, une toute autre politique, au service des Français, pour notre région Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon, comme pour notre pays.