Front National : le sentiment d’avoir déjà gagné !

julienleonardelli-depechedumidi-frontnational

Calme et sérénité… Au moment où les chaînes de télévision égrenaient les premières estimations de ce second tour départemental, les candidats et militants du Front national, réunis au siège de leur parti, place Occitane, à Toulouse, semblent tout juste concernés. Il faut dire qu’ils n’espéraient rien localement, malgré leurs douze représentants encore en lice en Haute-Garonne. «Nous, on a déjà gagné au premier tour», lance un cadre souriant, en pianotant sur son iPad. Un discours repris par le secrétaire départemental, Julien Leonardelli, avant même l’arrivée des résultats détaillés. «Le Front national signe une présence historique dans le département, analyse-t-il. Notre enracinement est confirmé. Il est prometteur pour les échéances électorales futures notamment les régionales». Les éléments de langages sont rodés. Ce sont les mêmes que Marine Le Pen, qui apparaît soudain sur les écrans. La «Patronne» déclenche un tonnerre d’applaudissements quand elle épingle Manuel Valls, en «politicien médiocre», comprenez même pas capable de démissionner. La posture du «seuls contre tous» parle aux militants, qui raillent volontiers le Premier ministre. «C’est Idéfix, on dirait qu’il est dans l’opposition, mais c’est lui qui gouverne. Les emplois, faut les créer, pas les détruire». L’attention de l’assemblée, plutôt jeune, se concentre sur l’Ain et le Vaucluse, les deux départements susceptibles de verser dans le «Bleu marine». C’est raté pour cette fois, mais le moral n’est pas entamé. Quand Marine Le Pen pointe une nouvelle progression dans les urnes, chacun a l’impression d’être dans le vent de… l’Histoire.

Article de Gilles R- Souillés pour La Dépêche du Midi