Hausse des prix des péages autoroutiers : les Français ne sont pas des vaches à lait !

julien_leonardelli_frontnational_communiqué_031

Communiqué de presse de Julien Leonardelli, secrétaire départemental du Front National de la Haute-Garonne, conseiller régional du Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées,

Le dimanche 18 septembre dernier, Alain Vidalies, secrétaire d’État aux transports a annoncé une hausse considérable du prix des péages autoroutiers entre 2018 et 2020. Cette annonce vient alors compléter une longue série de hausses, déjà programmées, dans le but de financer un 2ème plan de relance, comprenant seulement deux chantiers dans notre région.

Le Front National de la Haute-Garonne que je représente, dénonce avec vigueur cette augmentation scandaleuse au regard des profits considérables qu’engrangent Vinci autoroute chaque année. Alors qu’Emmanuel Macron et Ségolène Royal promettaient, il y a peu, une pression plus forte sur les sociétés d’autoroutes, nous assistons désormais à un véritable racket des automobilistes Français.

Ce nouveau plan sera financé par les particuliers, via des hausses de 0,3 à 0,4% des péages, mais il le sera également par les collectivités locales, pourtant déjà asphyxiées par la baisse des dotations de l’Etat. Encore une fois, nous nous indignons face à cette volonté de faire du contribuable Français, une vache à lait privilégiée du Gouvernement.

A l’heure où les flux de circulation sont de plus en plus important, notamment entre nos deux principales villes régionales, il est important de noté la hausse considérable du tronçon Toulouse / Montpellier qui en 10 ans a augmenté de 27%.

Rappelons tout de même que les autoroutes, dont on nous a toujours promis qu’un jour elles seraient gratuites, ont déjà été largement financées par les français. C’est pourquoi, au nom de l’intérêt général, nous dénonçons ce nouveau coup porté directement au pouvoir d’achat de nos compatriotes. Il serait bien évidemment préférable de baisser les tarifs autoroutiers en reprenant immédiatement le contrôle des sociétés d’autoroutes par l’Etat, qui doit mettre fin à ce scandaleux monopole privé.