Les candidats patriotes des cantons de Castanet-Tolosan, Escalquens et Revel se dévoilent !

photo-candidats-castanet-escalquens-revel

De gauche à droite : Marie LOPAU, Mathieu LACHURIES, Vanessa CHEVAILLIER, Julien LEONARDELLI, Joëlle MELIN, Olivier LUPION, Ghislaine MEYER.

Bilan de la conférence de presse du 9 janvier 2015 à Sain-Orens de Gameville, par Mathieu Lachuries, directeur de la communication du FN31,

Le vendredi 9 janvier 2015, à l’occasion d’une conférence de presse à Saint-Orens de Gameville, Julien Leonardelli, secrétaire départemental du Front National de la Haute-Garonne et Joëlle Mélin, députée européenne, ont présenté les candidats patriotes aux élections départementales des 22 et 29 mars 2015, pour les cantons de Castanet-Tolosan, Escalquens et Revel.

Lors de ce point presse, Julien Leonardelli a souligné avec une fierté non dissimulée que «pour la première fois, le Front National de la Haute-Garonne est en mesure de présenter des candidats « 100% FN-RBM » sur l’ensemble des 27 cantons qui composent le département de la Haute-Garonne», précisant par ailleurs que «le Front National de la Haute-Garonne n’a nullement besoin d’avoir recours à des stratégies électoralistes ou à des tactiques politiciennes, pour s’assurer de sa représentativité sur le département», ciblant au passage l’UMP et le PS, pour qui «les petits accords sont vitaux», ironisant également sur un concept dépassé qu’il baptise : «front des copains».

Par la suite, les candidats patriotes des cantons de Castanet-Tolosan, Escalquens et Revel furent présentés tour à tour :

– Canton de CASTANET-TOLOSAN :

> Candidate 1 : Marie LOPAU.
> Candidat 2 : Eric GOUIN.

– Canton de ESCALQUENS :

> Candidate 1 : Vanessa CHEVAILLIER.
> Candidat 2 : Mathieu LACHURIES.

– Canton de REVEL :

> Candidate 1 : Ghislaine MEYER.
> Candidat 2 : Olivier LUPION.

Enfin, Joëlle Mélin a assurée que «les candidats du Front National seront les garants vigilants et sans concession de l’argent du contribuable», ajoutant qu’ils ferraient «la chasse aux gaspillages et à la mauvaise utilisation de l’argent public», précisant que ceci serait «leur tâche principale» et qu’ils «veilleraient au sein du conseil départemental, à faire régner la transparence et la probité, alors même que le flou persiste encore aujourd’hui sur les attributions de cette collectivité territoriale».