Sans boussole, Carole Delga déséquilibre nos territoires !

julien_leonardelli_communiqué_frontnational

Communiqué de presse de Julien Leonardelli, secrétaire départemental du Front National de la Haute-Garonne et conseiller régional du Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées,

Suite à la présentation qui nous a été faite par la Présidente de la Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Carole Delga, et à notre analyse approfondie du SCoT de la Grande agglomération toulousaine, nous restons dubitatifs face aux objectifs qui sont fixés à l’horizon 2030.

Sans boussole, Carole Delga accélère le délitement de l’aménagement de nos territoires déjà profondément déséquilibré par la récente fusion des régions.

Au lieu de mettre en oeuvre un groupement additionnel absurde de 300 000 habitants, 140 000 emplois et de 230 000 logements sur un territoire saturé, nous croyons à un large éparpillement des habitants et des emplois pour retrouver un développement économique et social harmonieux dans nos campagnes.

Or, aucune des orientations prises ne permet de recréer un cercle vertueux que nous appelons de nos vœux, notamment pour des zones oubliées depuis trop longtemps, tel que le Pays d’Olmes, le bassin Castres-Mazamet, le Frontonnais et le Comminges.

Il en est de même concernant les transports, et plus largement, les infrastructures routières. En effet, l’agglomération toulousaine souffre d’un manque d’anticipation de nos institutions et de politiques stériles où des rivalités d’étiquettes partisanes sont le plus souvent plus importantes que l’intérêt général.

Pour nous, il faut que la Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées intervienne dès à présent sur les dossiers du PLB et de la 3ème ligne du métro, afin de désengorger le sud-est toulousain. Il serait également judicieux de s’attaquer sans tarder au désordre des péages autoroutiers qui étranglent l’entrée de la ville rose. Nous plaidons donc pour la suppression pure et simple du péage de l’Union, classé comme étant le plus cher de France et qui génère des bénéfices indécents pour Vinci, à qui nous devons imposer une augmentation des sorties d’autoroute, par exemple entre Eurocentre et Montauban afin d’oxygéner le territoire.

Les défis d’aménagements de nos territoires sont gigantesques : il nous faut le mesurer et être à la hauteur des bouleversements opérés par une fusion que nous n’avons pas choisie, mais que Carole Delga et sa majorité multiconflictuelle ont voulu et soutenu.